British Museum | Grayson Perry – The Tomb of the Unknown Craftman

Samedi de bon matin, j’ai bravé mon envie de grasse matinée, l’attente du 171 qui n’arrive jamais et la queue au guichet pour tenter de dénicher un ticket pour l’avant dernier jour de l’exposition de Grayson Perry au British Museum. Cela valait le coup, j’en suis sortie enchantée. Je dois même dire que j’ai rarement vu une exposition aussi “complète”, questionnant de nombreux sujets de société, la fonction des objets d’art, nos connexions avec le passé etc. A vrai dire, son contenu était si dense qu’il me semble maintenant difficile d’écrire à ce sujet sans oublier toutes les pensées et idées qui m’ont traversées l’esprit devant chaque objet.

0001

Untitled – Grayson Perry (2009)

Ne cherchez pas trop de sens ici. Je ne suis pas un historien, je suis un artiste. Voilà tout ce que vous devez savoir. Quand j’étais jeune, je vivais avec une civilisation imaginaire. Je devins ensuite un artiste et j’échangeais ma civilisation contre le monde et toute son histoire. Maintenant je ne suis pas certain de savoir où mon imagination prend fin et où le monde réel commence. Au confins de mon esprit se trouve un lieu sacré et un monument à construire. … The Tomb of the Unknown Craftman (La Tombe de l’Artisan Inconnu) pourrait être un autre mot pour désigner le British Museum.” Grayson PerryThe Tomb of the Unknown Craftman c’est le pèlerinage de Grayson Perry et son ours en peluche Alan Measles; un pèlerinage à travers différents pays, temps, l’histoire mais aussi à travers différents objets et la signification qu’on leur donne. C’est une présentation d’objets d’art, mais cette exposition est elle-même un objet d’art. C’est un regard sur notre société menée par l’appropriation d’objets du monde et leur transposition à notre époque.

A l’entrée, la moto colorée AM1 de Grayson Perry indique le chemin à prendre et dès le départ: un vase, une œuvre intitulée You Are Here fait apparaître des personnages qui expliquent dans des bulles la raison pour laquelle ils visitent cette exposition. C’est comme une télé-réalité, une exposition en temps réel. Juste après, les présentations avec Alan Measles, cet ours en peluche voyageur, fil rouge de l’exposition et outil créatif de Grayson Perry sont faites.

A travers différents thèmes donc – l’enfance, la culture de différents pays et la perception des autres, les autels, les objets “magiques”, les cartes, les souvenirs de pèlerinage, la sexualité et les sexes, les figures dissuasives et effrayantes et enfin la mort avec  The Tomb of the Unknown Craftman (la Tombe de l’Artisan Inconnu). – nous retrouvons Alan Measle tantôt objet pour enfant, motif d’un casque, tantôt protecteur de la société, soldat blessé ou encore gardien d’un temple. Et entre chaque objet transposé par l’imaginaire de Grayson Perry, se trouvent ceux qui ont inspirés le créateur, appartenant à diverses cultures et collectés par le British Museum qui devient alors lui-même un lieu décrypté par l’artiste.

Voici quelques images (issues de l’excellent catalogue d’exposition, puisque les photos étaient interdites) de coups de cœur:


143.2014##S

Map of Truths and Beliefs – Grayson Perry (2011)

Il n’y a rien de tel qu’une exposition complétée par les textes de l’artiste, cela vous donne la sensation de l’avoir juste à côté de vous comme un guide. Comme je l’écrivais plus haut, de nombreux sujets étaient traités dans cette exposition et personnellement j’ai tout d’abord adoré voir des objets ayant une fonction ou un sujet proches mais provenant de différentes cultures mis les uns à côtés des autres. Mais j’ai surtout adoré le travail de Grayson Perry, à la fois d’un point esthétique et particulièrement pour la connexion qu’il créé entre lui, nous, la signification des objets, le passé et le présent. Les objets que l’on voit dans les musée nous semblent parfois si vieux, si lointains de nos sociétés actuelles, comme s’ils étaient figés et n’avaient plus de sens aujourd’hui. Dans cette exposition, Grayson Perry nous connectait à eux et nous rappelait qu’ils sont toujours présents, mais leur forme et leur fonction a parfois changée. Voilà une sensation rare et bien étrange de regarder un objet d’art, de le comprendre sans lire l’étiquette et de se dire que peut-être dans le futur quelqu’un le regardera dans une vitrine, comme un objet du passé à décrypter. Nous, nous le comprenons, car son histoire est la notre, celle que nous vivons en ce moment même.

g_perry

Pilgrimage to the British Museum – Grayson Perry

Alan Measles’ blog (Grayson Perry’s teddy-bear) – http://alanmeasles.posterous.com/ 

Catalogue de l’exposition / Exhibition catalogue (£25) – http://www.britishmuseumshoponline.org/invt/cmc18208/
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s