Royal Albert Hall | BBC Proms 2012: John Adams – Nixon in China (Prom 72)

Mercredi soir, c’est dans un état d’excitation assez avancé que je me suis rendue au Royal Albert Hall pour écouter l’œuvre du compositeur Américain John Adams Nixon en Chine, dirigé par lui-même et interprétée par les BBC Singers et le BBC Symphony Orchestra dans le cadre des BBC Proms 2012. Pourquoi tant d’excitation me demanderez vous? Tout d’abord parce qu’il s’agît d’un opéra fantastique et puis, j’avoue sans aucune honte et avec un plaisir enfantin, que pour les musiciens et amoureux de la “musique classique”, avoir la chance d’observer John Adams sur scène, c’est un peu comme si demain on vous disait que la 9ème symphonie sera dirigée par Beethoven lui-même lors d’un prochain concert. Étant donné la difficulté aujourd’hui à faire émerger des compositeurs contemporains, John Adams porte un peu cette aura de “grands” derniers compositeurs, ceux que l’on trouve dans les encyclopédies, au même titre que Henri Dutilleux ou Philip Glass par exemple. (“Grand” ne signifiant pas ici “meilleur qu’un autre”, mais “dont le catalogue d’œuvre est connu et joué régulièrement dans le monde entier”).

Je souhaite donc revenir sur cette soirée et vous faire partager ce concert, car l’aspect merveilleux des BBC Proms, c’est la possibilité de réécouter et revoir les concerts qui sont télé et radio-diffusés.

Il y a toujours une ambiance “bon enfant” aux Proms, c’est l’une des grandes réussites de cet imposant festival de musique classique. Mercredi, on lisait sur les visages la même excitation que j’ai évoquée plus haut et des sourires pleins de béatitude. Pourtant il faut savoir que Nixon en Chine est un opéra d’environ 3h, loin des frivolités d’un Don Giovanni, puisque le livret écrit par Alice Goodman est inspiré de la visite en Chine du président Américain Richard Nixon en 1972. Bien sûr, il ne s’agît pas d’une reconstitution de la visite, mais d’un contexte pour examiner six personnalités – le président Nixon, son épouse Pat Nixon et le conseiller Henry Kissinger pour le côté Américain, ainsi que Mao Tse-Tung, sa compagne Chiang Ch’ing et le ministre Chou En-Lai côté chinois.

Musicalement, l’opéra est écrit pour un orchestre agrémenté d’une section de saxophones (qui remplace celle des cors et créée un timbre particulier), deux pianos et un synthétiseur. Il a souvent était considéré comme “minimaliste”, mais demeure si éclectique dans les genres, qu’il est difficile de le cantonner seulement dans ce courant. D’autres prendront le parti du “Néo-classique” en le rapprochant de Stravinsky et d’autres encore (dont je fais partie) évoqueront simplement un clin d’œil à Philip Glass, particulièrement dans le premier acte et apprécieront la variété de styles et la richesse de composition de l’œuvre.

Source: BBC

 

Mercredi au Royal Albert Hall, il n’y avait pas de décors, pas de mise en scène démesurée pour nous tenir en haleine, mais je peux vous assurer que la musique et l’incroyable performance de tous les participants ont suffi à ne pas voir le temps passer ! Lorsque les choristes ont entamé leur premier chant, j’ai été scotchée à mon fauteuil. Ils étaient une quarantaine, mais je n’entendais qu’une seule voix, d’une justesse irréprochable, parfaite dans les nuances et le timbre. Quand les solistes sont arrivés tour à tour, nous ne pouvions qu’être éblouis par leur talent de chanteur et d’acteur et les applaudir chaleureusement pour ces rôles qu’ils ont tous endossés à merveille. Le baryton Robert Orth qui interprétait le président Nixon, semblait tout droit sorti d’une campagne présidentielle, plein de mimiques pour obtenir les faveurs du public et la soprano Jessica Rivera a même fini par serrer la main de membres du public dans le deuxième acte. Annoncée comme la “star” de cet production alors qu’elle apparaissait seulement à la fin du second acte, la soprano colorature Kathleen Kim qui interprétait le rôle de Chiang Ch’ing (épouse de Mao Tsé-Tung) méritait largement cette enthousiasme. Son arrivée fut littéralement fracassante, alors qu’elle chantait une véritable révolution dans les aigus sur scène, nous étions tous plein d’admiration pour ce petit bout de femme énergique à en crever.

Au départ sceptiques quant à notre place dans le chœur – c’est à dire sur le côté, derrière l’orchestre -, mon compagnon et moi avons vite pris goût à cela, avec l’impression d’être au cœur de l’action. Tout d’abord nous avions une très bonne acoustique et entendions tous les protagonistes, le chœur et l’orchestre, mais surtout nous avons pu savourer chaque seconde de l’incroyable atmosphère étant donné que nous avions John Adams juste en face et tout le public derrière. Qui aurait cru que John Adams était un danseur enflammé ! C’est avec passion et un rythme effréné dans les jambes qu’il a dirigé le BBC Symphony Orchestra avec brio. Je dois admettre que je suis agacée lorsqu’un compositeur impose sa direction en concert. Chef d’orchestre étant un métier à part entière, ce n’est pas toujours une réussite et parfois l’impression qui reste c’est un peu la même qu’avec ces acteurs/actrices qui s’essaient à la chanson ou l’inverse, on se dit qu’il faut connaître ses limites parfois. John Adams est un véritable chef d’orchestre. La gestique n’était pas celle d’un Karajan, mais la capacité à mener l’œuvre de bout en bout avec intelligence et savoir-faire était bel et bien là. La fluidité qu’il a su donné à l’interprétation nous a simplement transportés durant trois heures et permis d’apprécier cet opéra sans une seconde de relâche, malgré sa difficulté technique et rythmique pour les musiciens particulièrement. A ce propos et de façon presque anecdoctique, la performance du percussioniste, seul pour cette représentation est à saluer. Fil rouge de l’opéra, puisqu’il attire l’attention du spectateur avec une multitude de percussions différentes, le jeune homme qui a assurer cette partie mercredi soir nous a véritablement impressionné par sa précision et son aisance.

Je ne peux que vous conseiller d’écouter l’opéra sur le player de BBC Radio 3 qui couvre les Proms. Il y a trois enregistrements, un pour chaque acte. Si vous ne souhaitez pas écouter l’opéra dans sa totalité, je vous conseille de ne rater sous aucun prétexte l’opportunité d’écouter:

Acte 1:  l’entrée du choeur (12’00), suivi de la tyrade de Nixon à (19’00) dans le premier acte. La musique et les parties chantées sont simplement extraordinaires.

Acte 2:  à nouveau le choeur (12’00) pour l’incroyable performance des femmes sur la lettre “p”, alors que Patricia Nixon est invitée à visiter une ferme où se trouvent des cochons (Pigs, en anglais donc) et chante également. Puis le chant des trois secrétaires de Mao Tsé-Tung (26’24), qui tout au long de l’opéra chante constamment à trois voix et amplifient les propos des personnages. Là encore, le prouesse technique est saluer, d’autant plus que vous pourrez remarquer que la diction est extrêmement rapide et donc compliquée. Ensuite, je vous en ai parlé, l’entrée de Chiang Ch’ing (46’20) jusqu’au final éclatant dans un dialogue avec le choeur (à partir de 53’00)

Acte 3: Pas de passages spécifiques, l’acte s’apprécie dans sa totalité, puisque nous entrons dans l’intimité des deux couples, qui sont désormais dans leur chambre. Les personnalités, les désirs etc sont examiner dans cet acte où vous pouvez déceler l’influence jazz de la musique qui accompagne alors les chanteurs.

Distribution:

  • Kathleen Kim soprano (Madame Mao)
  • Alan Oke ténor (Mao Tsé-Tung)
  • Gerald Finley baryton-basse (Chou En-Lai)
  • Robert Orth baryton (Président Nixon
  • Jessica Rivera soprano (Pat Nixon)
  • James Rutherford baryton-basse, New Generation Artist (Kissinger)
  • Stephanie Marshall mezzo-soprano (Secrétaire)
  • Louise Poole mezzo-soprano (Secrétaire)
  • Susan Platts mezzo-soprano (Secrétaire)
  • BBC Singers
  • BBC Symphony Orchestra
  • John Adams chef d’orchestre
Retrouvez également les diffusions télévisées d’autres Proms ici.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s