Southend-on-Sea…


Southend-on-sea

… The place you want to avoid in Summer.

Advertisements

Je suis Charlie… et les autres

Il est triste mon petit cœur ce soir. Cela fait trois longs jours que je le sens un peu brisé dans ma poitrine. Il devrait se sentir apaisé maintenant, mais non. Je voulais préparer quelques articles pour le blog, mais je n’ai pas trouvé l’élan qui m’anime d’habitude. J’ai eu du mal à fermer l’œil ces dernières nuits, à me concentrer au travail, voire à produire quoique se soit. J’ai eu l’impression de perdre des copains que je ne connaissais pas. C’est un sentiment étrange.

Même si je n’ai pas hésité une seule seconde à brandir mon stylo et ma pancarte à Trafalgar Square, j’ai longuement réfléchi à nos réactions ; à ce qu’il convenait de faire ou ne pas faire ; à ce qui dresserait les cheveux de la coupe au bol de Cabu ; ou ce qui grossirait un peu plus les yeux de Charb derrière ses épaisses lunettes. A l’heure où j’apprends que les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, du meurtre de cette jeune policière et de leurs dernières victimes sont hors d’état de nuire, je lis dans le métro ces mots de Pierre Hadot à propos de Pyrrhon :

“En fait il est impossible de savoir si telle chose est, en soi, bonne ou mauvaise.”

Merci Pierre, cela me donne une minute de répit. Il est bien ce bouquin Qu’est-ce-que la philosophie antique? je vous conseille de le lire. Sincèrement. Si les Frères Kouachi et ceux qui suivent aveuglément tous ces mouvements qui forcent et violent les pensées et les libertés des autres l’avaient lu, on n’en serait sûrement pas là. Bref. J’ai longuement réfléchi et je n’ai évidemment pas su trouver de réponse. Ou du moins, je me laisse dire que le meilleur hommage que l’on puisse rendre à toutes les personnes qui ont perdu la vie durant ces jours tragiques c’est de suivre nos cœurs. C’est de continuer de nous éduquer, de nous cultiver, de nous informer et de regarder le monde avec notre esprit critique. C’est de tolérer et respecter l’autre et d’obtenir la même chose en retour. Demain, je vais reprendre mon travail et poursuivre mes rêves et mon entreprise, je crois que c’est ce que j’ai de mieux à faire. Je crois que c’est ce qu’ils auraient fait, eux.

Dans la stupeur cependant, je suis heureuse de t’avoir vue toi, notre bonne veille France, descendre dans la rue en quelques heures et ce à travers le monde entier. Je suis heureuse et rassurée de savoir que tu n’oublies pas des valeurs qui nous sont chères et essentielles. De Voltaire à Hessel, des hommes et des femmes ont gravé à jamais dans ton cœur ce mot que tu scandes aujourd’hui: liberté. Tu n’as pas peur de défier au grand jour ceux qui menacent de te faire taire. Dans le drame et dans les moments sombres c’est une lueur d’espoir vive. Pendant mes études à Goldsmiths, on m’a souvent demandé ce qui me plaisait chez toi. J’étais fâchée à l’époque, je t’en voulais, mais ma réponse était (et reste) constante: ton histoire et ta satire. Oui. Ton rire et ta dérision m’ont toujours charmé. Tu n’imagines pas comme j’étais fière il y a quelques années d’entendre parler des Guignols et de Charlie Hebdo dans le film Viva Zapetero! Pour celui qui n’est pas français ce n’est pas toujours palpable et compréhensible cette dérision, ce “on peut rire de tout”, trouver le juste milieu et ne pas humilier la personne visée. Mais à mes yeux, c’est ce qui fait notre identité. J’ai lu beaucoup de témoignages nostalgiques sur Le Monde à propos de Charlie Hebdo. Beaucoup de personne plus âgées que moi, arrivée en 1988. Mais à la maison aussi, de temps à autre Charlie faisait irruption et faisait rire toute la famille. Il traînait ensuite dans un rayon de la bibliothèque près de Sexuellement Correct de Wolinski et un tas d’autres BD que j’ai feuilleté des milliers de fois.

Se revendiquer de l’Islam et mourir dans une épicerie casher. Décimer une rédaction et mourir dans une imprimerie. Putain, mais c’est con.

Laura

Places to go #18 Winchester

Célèbre pour sa cathédrale et son marché de Noël, c’est dans la ville de Winchester que nous avons continué d’explorer le Sud de l’Angleterre ce week-end. Comme les anglais adorent le dire, une fois arrivé dans le petit centre ville piéton, un seul mot vous vient à la bouche: “lovely!”

 

Briques et colombages, vieilles maisons aux toits pointus, portes ornées et horloges donnant l’heure d’un siècle passé, Winchester à un certain charme. Aujourd’hui capitale du Comté d’Hampshire, la ville fut autrefois la capitale d’Angleterre sous règne des rois normands et l’un des plus puissants évêché de Grande-Bretagne. La ville regorge de détails architecturaux qui laissent deviner son histoire passionnante. Auriez-vous songer un seul instant par exemple, que la ville fut fondée en 70 avant JC et demeura longtemps une importante colonie du peuple Belge sous le nom de Venta Belgarum ou que ce même peuple importa l’art de la céramique?

Bien entendu, si vous venez vadrouiller par-là, impossible de ne pas visiter la cathédrale qui abrite notamment les tombes des premiers Rois d’Angleterre et celle de l’écrivaine Jane Austen. Levez le nez pour admirer les plafonds voûtés, parfois peints de la cathédrale qui fut construite en 1079. Puis faites le mouvement inverse pour observer les différents motifs du vieux carrelage de l’édifice. Ne ratez pas non plus les vitraux de la petite chapelle qui sont d’une grande finesse. Enfin, pour la petite anecdote, la nef de la cathédrale compte parmi les plus longues d’Europe.

 

Quant au marché de Noël il se situe autour de la cathédrale, lui donnant un aspect et un caractère unique. Plutôt vaste, on y apprécie les “keep left” si britannique qui évite le chaos dans la circulation des visiteurs. Patinoire, stand de nourriture fritures et petits chalets d’artisans, le marché ressemble à ce que l’on peut voir en France, mais le cadre en fait un lieu très chouette.

Enfin, si vous cherchez un lieu pour boire un coup ou casser la croûte, faites halte à The Old Vine, un pub mignon comme on aime bien et une carte fournie, un cran au dessus de ce que l’on mange habituellement d’un point de vue gastronomique.

Pratique:

http://www.visitwinchester.co.uk/

On veut du classique ! (si si)

We should always share a nice discovery. The other day, I found this shop near Nothing Hill. It doesn’t look great from outside, but Cds, Vinyls and books always call me. Even more if I spot a lot classical music.

Now you shouldn’t be in a rush, because if you’re looking for a Sibelius, you have to look at CDs, Vinyls, composers’ names, conductors’ name etc.

And finally the price…. Grab a label and read £3 or 50p. So sweet !

Continue reading

Vas laver mon slip la femme !

The Southbank Centre is the big London events area. With several concerts halls, various bar and restaurant and the BFI next door, if you don’t know what to do : just go there.

During the day, it’s not the most beautiful place in London, but by night the concrete cubes are colored by light and some curious installations take place sometimes… Yes lighted underwears. Ah English people….

Le Southbank Centre, c’est la grosse machine culturelle de Londres. Des grandes salles, un bon nombre de cafés au mètre carré, une vaste programmation, le British Film Institute à deux pas, bref, quand vous ne savez pas quoi faire, c’est un lieu ou vous devriez trouver une occupation.

De jour, ça ressemble à des cubes empilés, mais la nuit, c’est un lieu plus insolite, très éclairé, avec des jeux de couleurs…. Et des installations plus ou moins surprenantes se dévoilent ! Des slips lumineux oui… Ah les Anglais…

Places to go #3 Southbank Centre
Places to go #3 Southbank Centre